Une route panoramique à couper le souffle?


La dernière étape de ce marathon de quatre jours débute par un départ matinal de Bakersfield. Pour ceux qui connaissent l’autoroute dix, entre Sherbrooke et Montréal, Bakersfield c’est un peu comme L’Ange-Gardien; c’est plat et ça sent la ferme! (sans vouloir offenser personne!)

Donc au départ de Bakersfield, il me faut encore traverser les collines en passant par les champs de pétrole et laissez-moi vous dire que c’est vraiment féérique de traverser ces grandes étendues boursouflées de colline avec, de temps à autre, une pompe à pétrole. Je me dirige donc vers Santa Margarita en passant par une des plus tortueuses routes qu’il m’a été donné de voir au cours de ce périple, la route 58. Je dois, encore une fois, faire une parenthèse sur mon sujet principale pour mentionner que l’état de la Californie semble promouvoir la sélection naturelle chez ses citoyens. En effet, sur toutes ces routes tortueuses, au ras des précipices de mort assuré, il n’y a aucun garde-fou. Donc si on s’y plante, c’est bye bye, on te retrouvera probablement en bas dans quelque temps…

Donc je roule en direction ouest, vers la côte afin d’aller rejoindre la route 1, qui longe l’océan pacifique. À cette heure matinale, je tarde vraiment à trouver une place ouverte pour prendre mon déjeuner, mais qu’à cela ne tienne, ce qui me nourrit pour l’instant ce sont les kilomètres qu’avale ma moto! Je fais donc une pause à Santa Margarita, qui marque par la même occasion la fin du trajet montagneux de ma journée, ou du moins je le crois… Après mon burrito déjeuné et un bon café, je prends la direction de la route 1, mythique route qu’il ne faut pas manquer de parcourir si vous êtes dans ce coin. Pour m’y rendre, je dois passer par une route qui me fera passer auprès de multiples vignobles. S’il fallait qu’on arrête à chacun de ses vignobles, on ne pourrait pas traverser la Californie, il y en a tellement que de faire ce trajet prendrait des mois et nous donnerait une solide gueule de bois!

L’arrivée en vue de l’océan Pacifique, est simplement magique! À cette heure matinale, un brouillard assez épais m’empêche de voir cette étendue bleue, mais pas de l’entendre. De plus, il n’y a pas encore trop de circulation, car le samedi, c’est la promenade familiale par excellence, donc on doit s’attendre à beaucoup, beaucoup d’achalandage sur cette route où tout dépassement est pratiquement impossible, voire suicidaire. Et puis après tout, pourquoi quelqu’un voudrait rouler vite sur cette magnifique route?


Cette route mythique, tortueuse à souhait, débute au raz de la mer pour s’élever de plus en plus, pour dépasser le banc de brume qui nous bloque la vue. On roule de plus en plus sur les nuages, au sens figuré comme au sens propre! C’est simplement fantastique et avec du beau temps, cette route est tout simplement féérique. Si on planifie bien son voyage, il est même possible d’arrêter faire de la randonnée le long des falaises, d’y prendre un bon repas dans les quelques restaurants que l’on croise ou même d’y passé la nuit dans un des petits hôtels que vous croiserez. Il faut cependant faire attention, car certaines courbes en épingle peuvent nous réserver des surprises. À plusieurs endroits, les courbes épousent littéralement les falaises et il est possible de voir du gravier qui borde la route. Il y a même certains endroits où les voitures coupent dans notre voie pour prendre les virages, il faut donc se montrer très prudent! Je vous conseils vivement de prendre une bonne journée sans vous presser pour parcourir cette route, car vous voudrez certainement vous arrêter un peu partout prendre des photos.

À la hauteur de Monterey, je reprends l’autoroute pour tranquillement me diriger vers San Francisco afin de remettre la moto qui m’a été louée par Harley-Davidson. Cette concession est très bien située, à quelques minutes de l’aéroport. En plus, les employés de cette concession sont hyper gentils et veilleront à vous aider du mieux qu’ils peuvent, car disons-le, entre motards, il faut faire preuve de solidarité. Voici qui conclut mon périple de 3000 milles en quelques jours de route pour faire un petit tour en Californie! J’espère que cette série d’articles vous a plus et surtout qu’elle vous a donné le goût d’aller faire un tour dans l’Ouest américain découvrir ces merveilleux paysages sur une moto louée chez Harley-Davidson.

Cet article a été réalisé avec la participation de Harley-Davidson

Étiquetage: > > > > >

Facebook

Get the Facebook Likebox Slider Pro for WordPress